Traces?

Qui veut laisser sa trace?
Des pages et des pages,
Stockées, gardées précieusement,
Dans le ventre de la machine,
Pour ne pas oublier, pour se rassurer,
Se dire qu’il reste encore une parcelle,
D’authenticité,
Dans le rire des générations,
Dans les yeux de ceux qui nous ont fait naître.
Trace d’un monde qui n’est pas prêt à disparaître,
D’un monde, d’une histoire,
dont les enfants apprennent
encore aujourd’hui les règles,
Parce que le jeu n’est pas terminé,
Même si les corps se fanent,
Que les visages se décomposent,
La vie est palpable,
Elle est partout, ici, ailleurs, là-bas,

Un monde qui avance,
peu nous importe le sens,
Est un monde crée par des hommes,
Certaines choses vivent, persistent,
ou disparaisse,
Et nous ne sommes pas passifs,
Face à ce qui prend forme.
Ce monde qui captive,
N’a pas la fragilité d’une flamme,
que l’on peut éteindre d’un souffle,
Mais la force d’un gigantesque feu,
Qui danse, qui danse encore...
A travers les générations,
A travers les contacts,
d’un monde à un autre,
Il laisse ses traces...

Caroline Salomone